sans casque ni bouclier : témoignage d’un ex-policier

la politique du chiffre et la manipulation de l’opinion concernant la délinquance

http://www.dailymotion.com/swf/x9f6gc_policier-temoignage_news

J’ai fait 20 ans dans la police, dans la police judiciaire, et à la fin de ces dernières années, j’étais syndicaliste. Et ce syndicat a explosé. J’ai été attendu à la sortie, de la manière qu’on peut supposer, et j’ai été déplacé, sanctionné de manière déguisée, et j’ai passé un petit moment d’enfer. Donc j’ai décidé de quitter la police, je suis aujourd’hui enseignant. Une des choses que je dénonçais déjà quand j’étais au syndicat et qui m’a d’ailleurs coûté assez cher, c’est la politique du chiffre et la manipulation de l’opinion concernant la délinquance. On a l’impression qu’on vit dans un état de guerre. J’ai pratiqué 20 ans dans la PJ, il y a des problèmes effectivement dans la société, comme il y en a dans toutes les sociétés, mais ce qui est le plus révoltant c’est l’instrumentalisation de la police qui n’est pas considérée comme un service public par ceux qui la dirigent, mais plutôt comme un instrument de pouvoir. Et la manipulation de l’opinion et des statistiques puisqu’il s’agit de deux choses en relation, ne me paraît pas normal dans la transparence que devrait requérir une démocratie pour que le citoyen soit normalement informé de ce qui se passe. Les chiffres ne représentent rien. On n’est pas plus en sécurité maintenant qu’avant, on fait simplement… on produit… on fabrique du chiffre, à partir d’éléments très artificiels. Les policiers ne peuvent pas parler, et c’est un très gros problème. Et les gens de l’extérieur sont disqualifiés, discrédités. On ne les croit pas, ils sont traités de droits de l’hommistes, on dit qu’ils agissent pour des raisons idéologiques.

http://www.labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=1469

Ce témoignage a été tourné à la suite d’une rencontre, lors d’une de ces conférences sur la politique sécuritaire et ses dérives. Vers la fin, un homme s’est levé. Il a déclaré qu’il venait de quitter la police, que la plupart des dérives que l’on venait d’évoquer n’était pas le fruit du hasard mais bien le résultat d’une politique élaborée au plus au niveau et transmise, ensuite, de manière pyramidale à travers la hiérarchie policière. Il avait réussi à s’en sortir, au prix d’un changement de carrière complet, là où la plupart de ses collègues avait fini par plier l’échine ou par « craquer ». Des mois, des années de lutte, pour ne pas se faire broyer administrativement et humainement par un système d’autant plus puissant qu’il a quasiment éliminé toutes formes de contestation en son sein.

voir http://videobaseproject.net/video81.html

~ by quintal on 2 September, 2009.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s